Le suspens se poursuit

Publié le par Fred

Mercredi 25 :
JF est relancé
(appels, mails) pour un poste presque sur mesure à Nantes, tandis que je n'ai toujours pas de réponse concernant "mon-poste-de-rêve-à-moi-que-je-convoite" (chargée de formation, dans mon domaine).
Gonflé le responsable de bureau : il m'a fixé un entretien téléphonique pour le 23, qu'il n'a pas honoré, reste injoignable et ne répond pas au mail. Ppppf, il ne réalise pas l'importance que ça revêt aux yeux des candidats? A croire qu'il n'a jamais été en situation de recrutement, screu gneu gneu.

Jeudi 26 :
Pour assurer mes arrières, j'envoie un mail
dans une autre structure de Nantes -  où 2 postes sont vacants (dont un dans le même pôle que JF, à exclure d'office sauf si on veut divorcer avant d'être marié); le jour même, un entretien téléphonique est fixé pour le 30 avec le directeur adjoint. Prendre RV pour une conversation téléphonique ... je ne navigue plus dans les mêmes sphères là!

Le 27, la réponse pour le poste en formation tombe enfin : ils ont donné un avis favorable à une candidate technicienne, depuis une semaine déjà. Le calendrier étant défavorable aux administratifs, je n'aurais pas l'opportunité de défendre mes chances lors d'un entretien. J'ai un peu de mal à digérer la nouvelle.

Nous sommes le 30, enfin, et pas de lapin cette fois. Malgré le mal de ventre qui me prend à la simple idée d'un échange téléphonique (!!!), un bon contact s'établit, et comme les pré-requis ne sont pas aussi monstrueux que je le craignais, nous décidons de nous rencontrer pour le poste de chargée de communication, voire pour une ouverture éventuelle de poste sur le domaine habitat...

L'attente va sacrément se prolonger puisqu'il me faut attendre le 11 mai pour rencontrer, le matin, le directeur, et l'après-midi son adjoint....

Le stress a le temps de grimper!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article