Escapade nantaise, mais pour le taf'

Publié le par Fred

10 Mai - toute une organisation se met en place :

Dominique et Pete viennent garder les fillottes et nous prenons vers 20 heures la route de Nantes. Le lendemain, grand-père et grand-mère les relaieront jusqu'à notre retour.
Minuit, nous atteignons Nantes sous la pluie, heureusement nous trouvons rapidement un hôtel.

11 Mai - repérage du lieu de travail et donc de rendez-vous, petit tour dans Nantes - sous la pluie donc en voiture - et arrêt dans une supérette puisque j'ai eu la bonne idée d'oublier d'emporter un stylo (!), accessoire plutôt utile pour prendres quelques notes en entretien sans passer pour la touriste de service, n'est-il pas?

11 h : JF, tranquille, se rend à son RV,
11h15 : c'est mon tour, un petit quart d'heure d'attente supplémentaire - des fois que ça n'ait pas déjà été assez long! - et c'est parti pour 1h20 de discussion.

Petit resto le midi, c'est pas que ce soit mauvais mais je n'arrive à rien avaler. Qui a dit que j'étais un peu stressée? (c'est grave à ce stade, je sais, mais devoir "se vendre" est une démarche qui m'est assez étrangère, je suis l'anti-commerciale par excellence, et l'enjeu n'est pas neutre).

Debrieffing de rigueur, JF a eu l'impression d'être recruté au même titre que les cadres sup' de l'équipe qui se monte ("quelle stratégie adopteriez-vous si ...", "parlez-moi des démarches qualité" : on est un peu loin de notre quotidien d'agents de catégorie B), pour ma part le feeling avec le dirlo est bien passé ce qui est essentiel sur le poste concerné, sans échelon hiérarchique intermédiaire entre lui et moi.

14h30 : second entretien pour moi, plus rapide puisque le directeur adjoint m'a déjà entretenue longuement par téléphone.
Pour la 2è fois de la journée, on m'interroge sur l'âge de mes enfants ;) mais visiblement c'est ma motivation pour me réorienter vers des services dits "improductifs", puisque service support, qui surprend et me vaut le plus d'interrogations. Le fait que je n'aie pas le profil / les connaissances ne les chagrine apparemment pas plus que ça, puisque plusieurs fois au cours de ces conversations on m'aura dit que c'est un potentiel qui est recherché.

Après moi, les deux directeurs reçoivent une autre candidate, qui a pour sa part le profil... J'ai peut-être une chance d'avoir la réponse le soir même, faute de quoi ils s'engagent sur une réponse pour le lundi après-midi ... encore un fichu WE à cogiter.

Si, sur le moment, l'impression est bonne, j'ai revécu mes 2 RV au cours des 72 heures qui ont suivi, en me trouvant de plus en plus mauvaise et en regrettant de ne pas m'être mieux préparée à tout cela. J'ai même réussi à m'auto-convaincre que le poste n'était pas fait pour moi!


Commenter cet article